• Coefficient : 2
  • Type d’épreuve : écrite
  • Durée : 1h30

L’épreuve de sciences comprend trois parties :

  1. Un commentaire rédigé portant sur un des deux thèmes communs en SVT et aux sciences physiques et chimiques (SPC) : “représentation visuelle” ou “nourrir l’humanité”. Ce premier exercice est noté sur 8 points. Il s’agit de répondre à des questions à l’aide d’un ou plusieurs documents (données scientifiques et/ou relatives à des faits d’actualité) et de rédiger un commentaire structuré suite à ces questions.
  2. Un questionnaire consacré aux sciences physiques et chimiques « défi énergétique » ou au thème commun n’ayant pas été traité en première partie. Cette partie compte pour 6 points.
  3. Une troisième partie dédié au thème spécifique de SVT “féminin/masculin” ou au thème commun n’ayant pas fait l’objet d’un exercice dans les parties 1 et 2. Cette troisième partie est aussi notée sur 6 points.

Les parties 2 et 3 peuvent comporter ou non des documents (articles, graphiques, schémas, etc.) sur lesquels s’appuyer. Le questionnement peut être ouvert et demander une réponse rédigée ou prendre la forme d’un QCM.

  • Représentation visuelle (thème commun SPC & SVT)
    La représentation visuelle, qui passe par la perception visuelle, est le fruit d’une construction cérébrale. Dans sa composante sciences physiques et chimiques, l’objectif de ce thème est de vous amener à comprendre :
    – le fonctionnement de l’œil en tant qu’appareil optique,
    – le principe de la correction de certains défauts de l’œil,
    – l’obtention des couleurs de la matière.
  • Nourrir l’humanité (thème commun SPC & SVT)
    Une population de neuf milliards d’humains est prévue au XXIème siècle. Nourrir la population mondiale est un défi majeur qui ne peut être relevé sans intégrer des considérations géopolitiques, socio-économiques et environnementales. Cela implique de prendre en compte :
    – l’accroissement de la production agricole,
    – la conservation des aliments et leurs transformations,
    – l’impact sur l’environnement, dont les interactions et les échanges entre les êtres vivants et leurs milieux,
    – la gestion durable des ressources que représentent le sol et l’eau,
    – les conséquences sur la santé.
  • Le défi énergétique (thème spécifique SPC)
    L’exercice de la responsabilité en matière de développement durable repose sur l’analyse des besoins et des contraintes et sur la recherche de solutions nouvelles à court, moyen ou long terme. Pour cela, les sciences expérimentales apportent leur contribution en permettant en particulier de comprendre qu’aucun développement ne sera durable s’il ne recherche, entre autres :
    – la disponibilité et la qualité des ressources naturelles,
    – la maîtrise des ressources énergétiques,
    – la gestion des aléas et risques naturels et/ou industriels,
    – l’optimisation de la gestion de l’énergie.